Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Le romarin – « Rosmarinus officinalis »

Le romarin – « Rosmarinus officinalis »

 

Rosmarinus officinalis - Romarin en buisson

*

 

Plante mystique, les vieux grimoires poussiéreux ne tarissent pas d’éloges sur lui.
Ils vantent par dessus tout son odeur pénétrante et chaude qui embaument les garrigues
où il pousse à l’état naturel toute l’année. On dit qu’il est « semper virens » c’est à dire
toujours vert.

Ces multiples dénominations fleurent bon la poésie. On l’appelle gracieusement « herbe des troubadours »,
« bouquet de la vierge », « encensier », « herbe aux couronnes », « prince des aromates » « rose marine ».
Très commun en Provence et sur tout le littoral méditerranéen dont il aime la luminosité et le soleil
généreux, il peut néanmoins s’acclimater sous des cieux moins cléments et l’on peut sans aucun problème
en garnir fenêtres ou balcons en ville. Friand de chaleur, il résiste vaillamment au froid et même au gel
des hivers rigoureux, il est robuste.

Ses feuilles effilées comme des aiguilles coriaces vert foncé sur la face supérieure, blanchâtres en dessous
lui donnent un aspect quelque peu ascétique, sévère, mais vers la période de Pâques, la teinte bleutée de
ses fleurs délicates adoucit sa silhouette hiératique et l’on découvre son charme.

Branche stérile de romarin

La plante contient une essence (pinène, borméol, camphène) mais aussi de la choline, un saponiside,
un glucoside, des acides organiques (acide citrique, acide glycérique), et des hétérosides flavoniques
dérivés de l’arpigénol et du lutéolol.

Dans l’Antiquité, les tombeaux des pharaons d’Egypte étaient toujours abondamment garnis d’odorants bouquets
de romarin, en vue d’assurer aux royales momies un paisible séjour dans le monde de l’Au-delà.

Les Romains moins lugubres et beaucoup plus portés sur les bonnes choses de la vie terrestre, en tressaient
des couronnes dont ils ornaient le front des jeunes époux, certains en cela que la vertu du romarin
contribuerait à consolider harmonieusement leur entente conjugale, vraisemblablement tout aussi dans
l’Antiquité que de nos jours.

Presque « divinisé », ou tout au moins digne du divin, « le prince des aromates » était brûlé en guise d’encens
en l’honneur des dieux et des déesses fort nombreux dans le « panthéon romain », d’où son nom comme nous l’avons
vu plus haut d’ »encensier ».

Du reste la tradition chrétienne a repris pour son propre compte les pouvoirs bénéfiques de notre « romarin »
en le consacrant à la « vierge Marie », laquelle suivant la légende pieuse se reposa au pied d’un romarin lors
du retour d’Egypte, étendant sur ses rameaux rigides, les langes de l’enfant « Jésus » pour les faire sécher.

Légende sainte que perpétue le « jour des Rameaux », jour d’allégresse puisque en ce temps liturgique, les
églises sont abondamment pourvues et ornées de ses branches odorantes.

Cependant la gloire de notre « herbe des troubadours » ne serait pas complète, si nous n’y ajoutions une autre
légende du XIVe siècle qui veut que ce prince charmant entre dans la fameuse composition d’un puissant élixir
de vie, qui aurait redonné santé et jeunesse à la « reine de Hongrie », « dona Izabella ».

En effet, cette dernière, âgée de soixante et douze ans !, goutteuse, paralytique reçut d’un ange la recette
réputée et connue depuis sous le nom « d’eau de la reine de Hongrie ».

Ce breuvage miraculeux, au vrai sens du terme, lui communiqua une telle vigueur et restaura son corps si
merveilleusement que le « roi de Pologne » la demanda en mariage !

Est-ce que ce roi fut aveuglé par le parfum de l’Amour ou celui du suave romarin bleuté ? Qui pourrait le
dire ? Un roi était donc vaincu par un prince…

Ici il s’agit donc « d’un simple bon et non sorcier » c’est pourquoi la définition de la composition exacte
de cette eau céleste si je vous l’écris sera plutôt un bienfait qu’une mauvaise action, si vous désirez
jouer aux « apothicaires amateurs » vous pourrez l’expérimenter sans danger (même si les vertus contre
la sénescence sont peut être exagérées, il est bien connu que l’on ne prête qu’aux riches …

Je ne pense pas que vous épouserez un roi, ceux-ci se raréfiant de nos jours mais peut être épouserez-vous
la jeunesse éternelle, ce qui est bien enviable tout de même…

 

Romarin en fleur

 

Faire macérer dans un litre d’alcool à 45°
100 grammes de fleurs et de feuilles de romarin dans un flacon de verre bien bouché
Exposez au soleil pendant un mois minimum en agitant fréquemment.
Passer et exprimer à travers un linge fin propre.

En prendre un verre à liqueur chaque matin pendant une semaine par mois.

Si vous avez des rhumatismes frottez-vous en les membres atteints…

Si cette « reine de Hongrie » a mieux fait connaître le romarin, ce dernier avait déjà guérit « Louis XIV »
d’un rhumatisme qui lui occupait l’épaule et le bras, nous dit la chronique…
Quant à notre chère Marquise… »Madame de Sévigné » disait en parlant de « l’eau de la reine de Hongrie » :
« Je la trouve bien contre la tristesse, c’est le soulagement de mes chagrins »…
Le romarin entre aussi dans la composition du « baume tranquille », du « baume du tigre », du « baume du dragon »,
du « baume d’Opodeldoch » (savon animal, ammoniaque, camphre, alcool et essence de thym).

On le trouve également dans « l’alcoolat vulnéraire », du vin aromatique du « vinaigre des quatre voleurs ».

A notre époque, le romarin reste encore très utilisé, son action stimulante et tonique est reconnue.

Ses principaux composants sont :
Huile essentielle (bornéol, camphène, camphre, cinéol)
Flavonoïdes (apigénine, diosmine)
Tanin
Acide rosmarinique
Diterpènes
Rosmaricine

Recommandé pour améliorer la circulation sanguine, exciter la digestion paresseuse, relever le tonus
des convalescents et surmenés physiques et intellectuels. Il stimule les fonctions biliaires, tonifie
le foie, est utile en cas de crise de foie, d’inflammation de la vésicule, de la paresse d’estomac.
On peut l’ajouter à l’eau du bain pour se revitaliser. En laboratoire, il entre dans la composition
de substances destinées à calmer les maux de dents.

En Algérie, les feuilles réduites en poudre servent à recouvrir la plaie produite par la circoncision.
Et bien évidemment il conserve toujours son panache de dispensateur de beauté et de jeunesse pour la peau.

Petite recette :

50 grammes de sommités pour 1/2 litre d’eau
Faire bouillir deux minutes infuser 1/4 d’heure.
Lotion deux fois par jour sur le visage.
Il combat les rides et fait peu à peu disparaître les taches de rousseur.

En résumé notre « Simple charmant » est cholérétique et cholagogue, tonique général (asthénie, surmenage)
spasmolytique et diurétique, en traitement externe contre les douleurs rhumatismales, bains fortifiants
et tonifiants, et antiseptique et cicatrisant pour les soins de la peau.

 

 

 

IRIS

 

Planche Romarinus Officinalis

 

*

 

 

Rosmarinus officinalis est un sous-arbrisseau très rameux au feuillage toujours vert dont l’arôme stimule, stabilise et fortifie en restant très chaleureux.
Les lares (dieux protecteurs du foyer chez les romains) étaient ornés de romarin et comme il symbolisait la stabilité, les jeunes couples en plantaient bien une branche le jour de leur mariage ; si celui-ci croisait c’était un bon présage pour la famille.
En Crète, le romarin symbolise la sincérité ; il porte chance et éloigne les mauvais esprits.


Romarin vient du latin « ros » (rosée) et de « marinus » (marin). Cette rosée marine fait allusion à son parfum et son habitat sur les coteaux maritimes. Haut de 1 mètre à parfois plus de 1m50, le romarin a des feuilles qui ressemblent à celles des conifères, en forme d’aiguilles épaisses. Coriaces, à bord enroulés en dessous, chagrinées sur la face supérieure, recouvertes d’un duvet blanchâtre à la face inférieure, (protection contre l’évaporation de l’eau), les feuilles sont plus ou moins verticillées* le long des rameaux, ligneux et marron. Selon les plants on peut trouver sur un même site des fleurs bleu pâle ou lilas clair parfois blanches. Ces fleurs sont regroupées tout le long des rameaux les plus récents, à l’aisselle des feuilles. La corolle est formée d’une lèvre supérieure à deux lobes dressés et d’une lèvre inférieure à trois lobes dont le médian est concave et poilu. Les deux étamines et le style* font saillie hors de la corolle de façon très marquée. On observe deux types de poils sécréteurs au niveau des feuilles :
-Les uns à grosse tête pluricellulaire,
-Les autres à petite tête unicellulaire.

Le romarin a la particularité de fleurir pratiquement toute l’année, offrant l’épanouissement successif et intermittent de ses boutons floraux. Plante peu exigeante, Rosmarinus Officinalis croît bien sur tout le pourtour méditerranéen . Il affectionne les lieux bien ensoleillés, à sécheresse estivale marquée, les sols calcaires ou plus ou moins argileux mais non saturés d’eau. Il forme de vastes peuplements, en Provence, sur les coteaux incultes. Il est très commun en Espagne, Maroc, Tunisie, Yougoslavie, Italie, Grèce et Corse. La clarté de ses nombreuses fleurs adoucit la verdeur de son feuillage. Le romarin arbore de très nombreux rameaux érigés vers le ciel, comme des bouquets tendus en offrande aux dieux.

La cueillette du romarin s’étale de mai à septembre selon les régions. C’est une cueillette agréable, demandant tout de même de la force physique et un bon sécateur pour tailler ses rameaux épais et durs. Il apporte force et stabilité au cueilleur dont les mains et la peau durcissent à son contact. Les rameaux fleuris sont cueillis de préférence, et les vieux rameaux coupés afin de favoriser le développement du massif. La cueillette constitue une véritable opération écologique car les biotopes* du romarin sont éloignés de toute habitation, laissés à l’état sauvage et cette plante à tendance à vieillir. Cette « cueillette-entretien » permet de lui redonner de la vigueur, une répartition homogène dans la pousse de ses rameaux, un nouvel élan végétatif très utile et fécond en prévision d’une prochaine cueillette.

Les rameaux fleuris sont distillés après environ trois jours de séchage, selon le degré d’humidité de la plante . La distillation dure entre 1 heure 30 et 2 heures. Le rendement varie selon la période de cueillette (temps sec ou pluvieux), l’état du végétal (vieux ou déjà taillé), et la quantité de bois par rapport aux feuilles. Il oscille entre 0,2% (les plus mauvaises conditions) et 1% (les plus favorables) ; il est de 0,5 à 0,6% en moyenne.

Principalement composé de 1,8-cinéole (oxyde) et de camphre (cétone), le romarin a une odeur variable selon son habitat. Elle est forte et plutôt camphrée en Provence, plus douce (présence d’esters*, moins de camphre) en Corse et en Espagne. En Afrique du Nord , surtout au Maroc, il est davantage cinéolé ce qui lui donne une odeur plus pétillante et plus fraîche.
‘Je vous propose d’étudier ces trois spécificités biochimiques qui ont des propriétés de base identiques mais une coloration thérapeutique particulière à chacune et surtout une caractérologie* bien différente.


Rosmarinus officinalis 1,8- cinéole.(Aromathérapie)

Composition, propriétés et indications.

C’est la spécificité biochimique la plus courante. Constituée de 1,8-cineole (oxyde) à 50%, il contient aussi de la bornéone (à peu près 10%) et des monoterpènes* (pinène et camphrène), des monoterpénols* en faible quantité (linalol, alpha-terpinéol et bornéol) et des sesquiterpènes dont le béta-caryophyllène. C’est une composition simple d’ou les esters sont pour ainsi dire absents (micro-traces).Le 1,8-cinéole lui confère des propriétés très marquées sur la fonction respiratoire.

Rosmarinus 1,8-cinéole est le romarin spécifique des affections pulmonaires : bronchite, sinusite et asthme. C’est également un bon expectorant contre la toux quinteuses en association avec Cupressus sempervirens ; Rosmarinus 1,8-cineole est mucolytique grâce à la présence d’un cétone

C’est une huile essentielle excellente pour les pathologies ORL de la jeunesse ; il agit très bien en massage externe de l’oreille contre les otites, surtout associé à Maleuca quinquenervia et Lavendula vera .

Rosmarinus 1,8-cinéole est efficace par voie cutanée ou pulmonaire, le plus souvent en association. Il constitue un très bon complément des myrtacées (Eucalyptus, Myrtus et Malaleuca). C’est un bon antalgique à utiliser pour les problème de rhumatismes articulaires (si il y a infection , compléter avec Thymus vulgaris à linalol).

Associé à Lavendula spica, il agit bien en massage externe contre les algies dentaires des tout jeunes enfants. Avec Mentha piperita et Lavendula vera, il supprime les céphalées, en massage au niveau du front et des tempes.

Rosmarinus 1,8-cinéole est une huile essentielle jeune et fraîche, jeune et fluide ; c’est un excellent tonique circulatoire en association avec Cupressus sempervirens (circulation veineuse) ou Helichrysum italicum (circulation artérielle).

Avec Lavendula hybrida et Pelargonium graveolens c’est aussi un bon tonique musculaire et anti-parasitaire.

Non toxique et non caustique, Rosmarinus 1,8-cinéole s’associe à beaucoup d’huile essentielles en complétant leurs propriétés spécifiques. Il s’utilise davantage par voie externe que par voie buccale et peut compléter les Eucalyptus pour les mélanges destinés aux diffuseurs atmosphériques.

Buison de romarin
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

*Verticillé veut dire disposé en verticille, un verticille étant l’ensemble des ramifications secondaires apparaissant sur le même nœud d’un axe primaire.

**Style : En botanique la style est la région moyenne du pistil, comprise entre l’ovaire et le stigmate, et qui forme généralement une colonne cylindrique, à l’intérieur de la quelle se développeront les tubes polliniques après la pollinisation.

***Biotope : terme de biologie pour parler du faciès, milieu biologique défini : une mare, un désert, une grotte sont des biotopes.

****Ester : Il s’agit d’un composé chimique résultant de l’action d’un acide carboxylique sur un alcool ou un phénol, avec élimination d’eau.

*****Monoterpene : Les monoterpene sont une famille de molécule en biologie, faisant partie des terpenes, les monoterpenes sont des dérivés de l’isoprene. Ils ont commeorigine des essences aromatiques, des huiles essentielles tel le camphre. [les terpenes étant une classe d’hydrocarbure, produits par de nombreuses plantes, en particulier les conifères. Ce sont des composants majeurs de la résine et de l’essence de térébenthine produite à partir de résine. Les terpenes sont des dérivés de l’isoprene. On peut considéré l’isoprene comme l’un des éléments de construction préféré de dame nature.

******Monoterpénol ; Alcool à 10 carbones. Il stimule les défenses naturelles.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

_ _ _ _ _ Romarin_ _ _ _ _

L’aromathérapie psychophysiologique met en relation le comportement de l’individu et le potentiel énergétique de l’huile essentielle. C’est une approche globale de l’individu et non de l a maladie. Voici donc la caractérologie relative à Rosmarinus 1,8-cinéole.

[Source : Philippe Mailhebiau – La Nouvelle Aromathérapie, caractérologie des essences et des tempérament humains – Paru aux Editions Vie Nouvelle – 1989
ISBN : 2-906956-01-5]

Rosmarinus 1,8-cinéole est un jeune personnage bien sympathique. C’est un éternel adolescent, si ce n’est en âge, du moins en mentalité, dont la vie est toute à l’image de son odeur pétillante et fraîche.
Généralement grand, beau quoique bêta, il déambule son corps d’échassier avec une tête démesurés pleine d’imagination, faute de bon sens. C’est un mental vivant tout à loisir dans le monde des pensées qui sont siennes et des rêves qu’il voudrait ceux de tous.

D’une grande vivacité d’esprit, girouette quant à ses idéaux et intérêts, son problème (ou plutôt celui de son entourage) est la distance infranchissable qui semble exister entre la créativité de son esprit fécond et ses capacités de réalisation concrète.

Dans la lune, Rosmarinus 1,8-cinéole ? Certes non, plutôt dans le soleil, car il est du genre à considérer ses extravagances comme lumineuses et de ce fait se prend pour une lumière. Ses parents et relations aimeraient de temps en temps qu’il la mette en veilleuse, mais peine perdue car Rosmarinus 1,8-cinéole allie une insouciante assurance à la conviction qu’il est un génie certainement incompris. C’est un « Gaston Lagaffe » prêt à tout mais bon à rien, qui trouve mille raisons de ne pas faire ce qu’on lui demande et mille autres de faire ce que l’on ne voudrait surtout pas qu’il fasse.

Le travail physique lui est pénible sauf lorsqu’une activité l’amuse, mais hélas son centre d’intérêt est trop mobile, sa dispersion trop constante pour espérer le voire mener à terme le travail commencé. Ainsi, étant jeune, il commence mille et une chose, change plus souvent de passion qu’il n’y a de semaines dans l’année et fait de sa maladresse une image de marque dont, pour comble, il semble être fier.
‘Les bras et les pieds à la démesure de son imagination, il renverse, casse ou piétine tout ce qui n’est pas assez éloigné de son rayon d’action. Aux hurlements de ses parents, voisins ou employeur il répond avec sa tête de circonstance et son air benêt : « J’ai pas fait exprès ! ». « Il ne manquerait plus que ça ! » a-t-on envie de rétorquer à cette excuse qui est loin d’en être une mais qui est à l’image de cet individu farfelu autant qu’attachant.

Il semble tout droit sorti d’une bande dessinée et il s’épuise par les bêtises qu’il sème sur son passage, il égaie par sa gentillesse, son esprit simple et non tortueux, sa spontanéité et sa joie de vivre.

Toujours à la bouche le mot qu’il ne faut pas a voir, les pieds dans le plat et les mains dans les poches quand il serait normal qu’il soit à l’ouvrage, Rosmarinus 1,8-cinéole est un charmant garçon qui a besoin de vieillir, faute de quoi il se fera plus apprécier en photo qu’en pension.

Son association est remarquable avec Hélychryse et Thymus à linalol pour les extérioriser un peu. Parfois aussi idéaliste qu’Origanum majorana, il prend les injustices de la vie moins avec révolte qu’avec bouffonnerie. Par son pétillant et sa vivacité il s’associe aux essences froides ou du moins pleines de contradiction comme Citrus aurentium feuilles qu’il stimule par son dynamisme.

Ses guide et maître Ravensara et Rosmarinus abv et, dans l’idéal, il faudrait qu’il les imite afin de transcender son esprit fantaisiste en une bonne humeur pleine de bon sens.

 

 

Plant de romarin

 

Kegineryann

 

 

 

Pas de Commentaires à “Le romarin – « Rosmarinus officinalis »”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


alice aux pays des saveurs |
Popotte entre Potes |
Vers une nouvelle AMAP à Pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chocopoire
| STEFE LA RECETTE!
| LA MARMITE ROUEN TEL 02 35 ...