Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Figues et figuiers – Figue de Barbarie – Nopal – Opuntia Ficus Indica (”2″)

Figues et figuiers – Figue de Barbarie – Nopal – Opuntia Ficus Indica (”2″)

 

Drapeau mexicain et le Nopal

*

cimg4045.jpg
Originaire d’Amérique Centrale et du Mexique, le Figuier de Barbarie est une plante grasse, caractérisée par des tiges en forme de raquettes épaisses, elliptiques, surmontées au printemps de belles fleurs jaune vif auxquelles succèdent des fruits ovoïdes vert jaunâtre, parfois teintés de rouge.

Ils contiennent une pulpe sucrée, rougeâtre, verdâtre ou jaunâtre parsemée de nombreuses petites graines.

Les fruits sont cueillis de fin juillet à septembre, dès qu’ils sont un peu mous.

Certains séparent les Figuiers de Barbarie en deux espèces distinctes :

Figuier de barbarie

- O. ficus-indica : espèce très largement dispersée et très estimée pour son fruit ; port arborescent, grande fleur jaune vif et fruit blanchâtre, jaune ou rouge, pulpe non colorée de rouge, raquettes inermes ou rarement à un seul aiguillon, les articles sont amples et larges.

cimg4047.jpg
- O. vulgaris : à port étalé, beaucoup plus rustique, fleurs jaune soufre et satinées, fruits rougeâtres ou violacés, presque lisses, raquettes garnies de soies courtes et nombreuses parfois surmontées d’une épine solitaire, forte et allongée, les articles sont de petite taille.

Les deux espèces étant naturalisées en Europe méridionale.

cimg4048.jpg

*

Généralement classée parmi les fruits exotiques, la figue de Barbarie (Opuntia ficus-indica) pousse certes en Afrique, mais aussi dans toute le bassin méditerranéen et jusque dans le midi de la France. Ce petit fruit de forme ovoïde, mesurant 5 à 8 cm de longueur, est facilement identifiable grâce aux fines épines qui couvrent sa peau verte et assez épaisse. Le fruit se consomme pelé, et sa pulpe, de couleur corail ou rouge, apparaît pleine de petits pépins sombres, qui peuvent se consommer.

Figues de barbarie

La figue de Barbarie est juteuse et parfumée, avec un arôme floral subtil. Elle possède une saveur douce et délicatement sucrée : elle renferme en effet 8 g de glucides pour 100 g, un peu moins que la moyenne des fruits métropolitains. Ces glucides sont constitués pour plus de 90 % par du glucose (un glucide simple dont le pouvoir sucrant n’est pas très élevé : 75, contre 100 pour le saccharose, et 130 à 170 pour le fructose). On y trouve aussi du fructose, et des traces de saccharose.

Les glucides fournissent l’essentiel de l’apport énergétique de la figue de Barbarie : 44 kcalories (soit 182 kJoules). En effet, les autres constituants énergétiques sont très peu abondants : les protéines et les lipides (présents surtout dans les cellules membranaires) ne dépassent pas respectivement 1,3 g et 0,7 g pour 100 g. La figue de Barbarie se présente ainsi comme un fruit modérément énergétique, se situant au même niveau que l’orange ou la myrtille, par exemple.

Elle se distingue par une teneur très élevée en fibres , de l’ordre de 4,4 à 5 g aux 100 g (une valeur parmi les plus élevées pour un fruit frais). Il s’agit en très grande majorité de fibres insolubles (cellulose, hémicelluloses, lignine), formant en particulier la trame des petits pépins présents dans la pulpe.

A noter qu’on peut parfaitement éliminer la plus grande partie de ces fibres en passant la pulpe à travers un tamis fin : la purée obtenue peut être utilisée pour confectionner coulis ou sorbet.

*

La figue de Barbarie fournit des apports vitaminiques variés et intéressants. Le taux de vitamine C atteint 22 mg aux 100 g, une valeur plus élevée que celles qu’on relève généralement dans les fruits métropolitains. Elle renferme aussi de la provitamine A (sous forme de béta-carotène et de cryptoxanthine), à raison de 45 à 60 µg aux 100 g. Enfin, des vitamines du groupe B sont également présentes, à des taux proches de ceux de la plupart des fruits frais (0,02 mg de vitamine B1, 0,03 mg de vitamine B2, 0,4 mg de vitamine B3 ou PP).

Parmi les minéraux , on observe, outre une dominante de potassium (habituelle dans les végétaux frais), des taux particulièrement élevés de calcium (46 mg pour 100 g) et de magnésium (28 mg) : ils sont parmi les plus élevés pour un fruit frais. Le phosphore ne dépassant pas 32 mg, on aboutit à un rapport calcium/phosphore très nettement supérieur à 1, ce qui favorise la bonne assimilation calcique. On peut aussi noter la présence de fer et de cuivre en quantités non négligeables (respectivement 1,1 mg et 0,6 mg).

*

En salade, frits ou cuits :

Outre les fruits, les jeunes raquettes du cactus sont également consommables et cela sous différentes formes. Au Mexique, elles sont consommées en salade, en fritures ou cuites et sont conservées dans du vinaigre. Certains plats de jeunes raquettes font même la réputation de restaurants célèbres de Mexico. Chez nous, il semble qu’il en a été de même pour un certain temps, quoique en moindre importance, puisqu’il est rapporté que dans certaines régions, notamment dans le Kairouanais, les femmes tiraient un jus (le «robb») à partir du fruit qu’elles donnaient aux enfants le matin avant le départ à l’école.

Nopal (raquettes)

L’apport du cactus est encore plus édifiant en tant que source de produits pharmaceutiques et diététiques. Les recettes à ce titre foisonnent. Utilisé à l’état pur, jeune raquette ou fleurs de cactus en infusion, le figuier de Barbarie guérirait d’un tas de maladies. Il réduirait le taux de cholestérol, diminuerait la sensibilité à l’insuline, guérirait un ulcère ou réduirait l’obésité. Dans un travail récent à l’Université de l’Arizona aux USA, une molécule a été isolée du cactus et serait capable de réduire le taux de cholestérol et d’accroître les acides biliaires. La plante fait même la joie des fabricants de cosmétiques qui n’ont pas hésité à l’utiliser dans les shampoings, les savons, les lotions, les crèmes de beauté ou les gels.

 

 

 

IRIS

 

 

 

*

Figues et figuiers - Figue de Barbarie - Nopal - Opuntia Ficus Indica (”2″) dans Non classé buissondenopal

 

 

 

«  »Le fruit du p’tit grain d’celt dans la figue et le figuier de Barbarie »"(Esotcelt)

Pourquoi cette appellation de « Barbarie » ? Parce que Barbarie était le nom donné autrefois par les Européens à l’Afrique du Nord
Nom catalan : figuera de moro
Nom espagnol : tuna
Nom créole : raket fléjon
Nom mexicain : nopal
Appelé encore en français chardon d’Inde

cimg4049.jpg
Ce figuier commence à s’abîmer à -5° et gèle vers -8° centigrade.
Le figuier de Barbarie a peu d’ennemi, ce sont les cochenilles et la mouche du fruit.

Aguila nopal (détails)

Nopal est un nom Aztèque : « nopali de Nahuatl » qui veut dire fruit de la pierre.
On retrouve le nopal sur le drapeau national mexicain : un aigle est posé sur le nopal.

Champ de Nopal au Mexique

Il est utilisé dans sa variété inerme (sans épines par opposition à asperme), ce sont ses raquettes qui servent de fourrage donnant une viande tendre et goûteuse, bien que sa consommation par les bovins réduit la quantité de lait produit.
Au Mexique il est utilisé aux fins de santé par la médecine populaire de même que sous forme d’aliments frais (fruits, jeunes raquettes, bourgeons) et en conserves permettant la préparation de divers plats originaux et des boissons.
En Amérique on extrait une farine blanche des graines qui, bouillie, est façonnée en une sorte de pain.
Au Chili il sert à la production de bio-éthanol et de bio-gaz (matière première : ses raquettes).
Son exploitation industrielle se fait dans le domaine de la production de colorants naturels extraits des fruits, d’un colorant rouge par l’élevage de la cochenille ,des mucilages en raison de sa teneur en polysaccharides (notamment pour les adhésifs).

Ramasage des raquettes de Nopal

Certains laboratoires extraient de la plante une huile et des macérats :
-L’huile de figue de Barabarie est utilisée traditionnellement comme anti-ride.
Seulement 5% étant contenu dans la petite graine cela entraîne un coût élévé à la
Vente (30 euros les 10 ml).
On le retrouve en utilisation dans la pâte dentifrice en cosmétologie.

*

Fleurs de Nopal

 

Il est à noter que la culture de cette plante dans les terres en voie de désertification ou arides, renforce la lutte contre l’érosion et permet la conquête ou la reconquête des sols.

En Sicile on retrouve deux sortes de fruits de cette plante sur les marchés : les latini ou austini qui proviennent des premières fleurs et les scuzzulati qui sont les tardives obtenus par avortement manuel des premières fleurs, pour que la plante en développe de nouvelles plus tard.

cimg4046.jpg
En Algérie on les mange le plus souvent séchées.

Partout où l’on trouve ce fruit, on en fait une gelée très agréable, une compote et des pâtes de fruits.

Nopal fruits

Au Chili on extrait un sirop dont les caractéristiques nutritives sont similaires à celles du raisin et du maïs.
Au Mexique :
La pulpe est mangée fraîche, en jus, en confitures, en pâte de la consistance d’un fromage (queso de tuna), en pickles, sous forme d’une boisson alcoolisée appelée « Colonche ».
Les jeunes (de préférence) raquettes inermes : les « nohalitos », on une grande valeur nutritive, leur goût se rapproche de la laitue et des épinards, de l’oseille et de l’asperge . En ce qui concerne la pulpe des fruits on peut la tamiser pour éliminer les graines nombreuses et caser les fibres. Les mexicains apprécie la dégustation des jeunes bourgeons.
Pour rester dans le domaine culinaire, si on décide de goûter aux raquettes (nohalitos de nopales), il faut savoir que ce légume sécrète à la cuisson une substance visqueuse peu ragoutante, mais il existe deux trucs pour l’éliminer, le plus facile est de faire cuire le nopal dans l’eau bouillante additionnée d’un piment serrano entier et de le rincer ensuite abondamment ; dans la recette suivante vous découvrirez le truc typique utiliser au Mexique.

Ensalata de nopales (4 personnes)

Il faut 4 petites et jeunes raquettes de nopal frais (500 gr. en conserve à défaut), trois tomates, un oignon, de la coriandre fraîche, 125 gr. De queso panela (à défaut utiliser de la féta), un piment serrano, trois cuillères à soupe d’huile de colza, une cuillérée à soupe de vinaigre de cidre, sel, poivre du moulin.

[la version typique mexicaine et originale se fait avec la même quantité de raquettes, de tomates, d'oignon et de coriandre, (mais pas d'assaisonnement), ½ cuillère à thé d'origan, ¼ de citron vert, 1 sou en cuivre, 1 cuillère à café de bicarbonate de soude ; la préparation et cuisson étant celles qui suivent]

D’abord frotter le sou avec le bicarbonate de soude et le citron vert, le faire chauffer sur une grille, le faire rougir, on le jette alors dans l’eau de cuisson des nopales. Cela permet à l’eau d’atteindre son point d’ébullition plus vite et neutralise la substance visqueuse. Donc dans une casserole mettre les pelures d’oignon, les recouvrir dd’eau, amener le tout à ébullition, ajouter les nopales et au moment où le point d’ébullition est à nouveau atteint jeter le sou rougi dans la casserole. Laisser cuire 20 minutes en viron, égoutter et laisser reposer sur un linge trepé d’eau très froide (retirer les pelures d’oignon), il ne restera plus qu’)à disposer les nopales cuits dans un saladier et de leurs adjoindre, tomates coupées grossièrement ; oignon émincé, origan (et sauce pour ceux qui en veulent).

Les mexicains consomment aussi les nopales en gratin de tomates.

La téquila provient de la distillation des fruits : 100kg pour 25 litres.

A noter que pour consommer les fruits il faut les priver de leurs aiguillons, pour ce faire on les brosse dans l’eau, ensuite on retire l’écorce qui est parsemée de petits poils.
Les épines du nopal s ‘appellent des glochides.

*

cimg4048.jpg
De son utilisation pour la santé et les soins de beauté :

Plante à propriétés cicatrisantes et anti-âge : crème de jour, crème après soleil, crème anti-vergetures.
Sous le nom de nopal des extraits sont utilisés pour aider au traitement du diabète non-insulinodépendant, contribuant à faire baisser le taux de glucose sanguin, mais le miux serait de consommer les tiges de la plante après les avoir faits grillées ; il y aurait stimulation de la production de thyroxine qui participent au métabolisme des glucides, des lipides et des protéines.

Il a été démontré sur les animaux un effet bénéfique d’une action anti-ulcéreuse et anti-inflammatoire.

La prise de nopal permettrait de faire baisser les taux de LDL (cholestérol total) de 15% et de 12% les triglycérides par forte concentration de beta-sitosterol (stérols).

Il fut mis en évidence l’action anti-oxydante du nopal, surtout son potentiel neuro-protecteur qui tiendrait de sa teneur en quératine, antioxydant connu, contenu dans ses pigments naturels, les bétalaïnes.

Il contribuerait encore à traiter l’hyperplasie bénigne de la prostate par inhibition de l’enzyme5-alpha-réductase par l’action de l’hexacosanol.

Le pouvoir satiétogène du nopal en fait une aide précieuse pour les cures de minceur du fait de sa teneur en fibres celluloses (mucilages, pectine, gommes) et insoluble (cellulose, lignana, hémicellulose), de se 17 acides aminés dont 8 sont essentiels, de ses vitamines A, C, B1 , B3, et minéraux : calcium, magnésium, sodium, phosphore, potassium, fer.

cimg4050.jpgcimg4051.jpg

Des préparations de fleurs sont utilisées comme antidiurétique.
Les cladodes sont utilisées pour traiter les inflammations.
Des polyphénols sont contenus dans les cladodes et les épines de nopal.

 

Figuier de barbarie cultivé en pot

 

Kegineryann (Esotcelt)

Pas de Commentaires à “Figues et figuiers – Figue de Barbarie – Nopal – Opuntia Ficus Indica (”2″)”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


alice aux pays des saveurs |
Popotte entre Potes |
Vers une nouvelle AMAP à Pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chocopoire
| STEFE LA RECETTE!
| LA MARMITE ROUEN TEL 02 35 ...