Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Nutrition – 1 – Cette nutrition qui fait et défait la santé. Quelques rappels de nutrition (Dr.Roland Sananès) – [Séniors]

Dr. Roland Sananès

 

*

La nutrition est l’instrument thérapeutique ou individuel mis à la disposition de l’intelligence du troisième âge.

On refait sa santé par le médicament et l’aliment. Pour l’un, comme pour l’autre, se posent les problèmes de l’assimilation et de al toxicité, car toutes les intoxications se déposent à bas bruit longtemps avant l’apparition du premier symptôme.

Au XX° siècle le mot carence est devenu magique, médiatisé. Ses correcteurs : vitamines, hormones, calcium, acides aminés s’installent en force pour aboutir à une consommation plus orientée vers le profit que vers la santé.

La consommation se pose donc au niveau du médicament. La synthèse chimique a remplacé point par point les substances naturelles. A molécules égales, les pays déshérités et les couches sociales carencées tirent profit de façon naturel des apports du laboratoire. La vitaminothérapie risque de devenir un abus de langage car une différence majeure oppose le naturel et le synthétique : le premier est vivant, l’autre est mort. Il y a un abîme entre les deux qui dépasse l’approbation de l’esprit. Il n’est que voir l’augmentation des Gamma GT si longtemps attribuée à la consommation d’alcool. Elle est le reflet aujourd’hui de la surcharge des médicaments au niveau du foie, et le nombre d’hépatites médicamenteuses est voué à la plus inquiétante expansion.

Entre Gandhi et les apôtres de la surconsommation, entre la terre, notre seul fournisseur, et le soleil, notre grand cuisinier, il y a des fossés d’incompréhension.

*

N’oublions pas  de comparer ce qui se passe chez les animaux sauvages et chez les animaux de compagnie. Les premiers absorbent des aliments crus, les autres, que ce soit chiens, chats, consomment des aliments cuits, et connaissent des maladies dégénératives inconnues des premiers. Le préjudice causé au bétail sera encore plus grand. « Le foie gras, me dit une de mes patientes, mais elles sont malades, ces bêtes ! « 

 

*

L’homme utilise peut-être son intelligence pour justifier ses instincts, mais il confond habitude et culture, les mauvaises habitudes et la culture. Qu’il prenne conscience que l’artichaut, la carotte apaise très bien la faim. Enfin, le débat se pose en terme de civilisation : les sages biologiques respectent la terre, d’autres compensent les sols usés déminéralisés par des engrais chimiques qui les appauvrissent encore plus.

*

Quelques rappels de nutrition.

En règle numéro un, n’oublions pas que bien des troubles digestifs de tout âge a pour cause une mastication insuffisante. Le conseil de Gandhi était : « N’avalez les aliments solides que suffisamment mâchés pour être devenus liquide. » Dans les traditions anciennes de l’Inde, le pana des aliments (énergie vitale) est absorbée pendant la mastication.

 

Dans les étapes de la digestion se trouve en premier lieu celle de la sélection, provoquée par le toucher, la vue d’un aliment, puis par l’odorat, le goût de cet aliment. La sécrétion des sucs digestifs est déclenchée. Deuxième étape, la mastication, l’insalivation, qui prédigèrent l’aliment Puis vient le début de la digestion au niveau de l’estomac, avec l’aide des enzymes, de l’acide chlorhydrique ; un premier broiement est effectué grâce aux mouvements péristaltiques. Ensuite, la digestion et l’assimilation continuent au niveau du duodénum et dans l’intestin grêle. Cette phase est dirigée par les sucs digestifs, les enzymes pancréatiques et la bile, stockée dans la vésicule biliaire après avoir été élaborée par le foie.

 

Parmi les aliments usuels au dessus de tout soupçons, le sucre est inscrit en t^te de liste et en  lettres négatives. C’est le symbole sensoriel du désir et de l’apaisement au quotidien. Enfants e vieillards aiment le sucre, la recherche de l’aliment indispensable se trouve alimentée par le désir de gourmandise. Le sucre, surtout industriel, ne nourrit plus, abîme l’estomac et prédispose aux maladies dégénératives. Il introduit dans le corps l’usure, le vieillissement, la décrépitude, car il ne répond à aucun des caractères des sucres naturels et bénéfiques contenus dans les fruits. Pour le Dr. Carton, il « excite les forces, fait engraisser, donne la mine rouge, et une euphorie factice et courte. » Il est appelé Tchernobyl par de nombreux dentistes.

 

Les céréales, les hydrates de carbone lents sont beaucoup plus bénéfiques. Les manoeuvres des pyramides d’Egypte, les légionnaires romains, les vietcongs vainqueurs des G.I. étaient des croqueurs de grains de blé. Les chevaux, aux muscles parfaits, dont les performances physiques ne sont plus à énumérer, sont de grands mangeurs d’avoine et de carottes.

 

Il est un peu trop habituel de supprimer les crudités au troisième âge et de croire les personnes concernées incapables de digérer un fruit ou un légume cru. La colite représente le  seul cas d’interdiction formelle avec les douleurs qu’elle génère, ses ballonnements, ses reflux et sa relance à chaque écart de régime;

 

La cuisson a suscité l’émulation gastronomique régionale en sous-estimant les risques des procédés de conservation. Il est possible d’afficher les aditifs alimentaires de conservation, il n’est pas possible d’évaluer leur introduction accidentelle par défaut de rinçage.

Les meilleurs laits contiennent eux aussi des antiseptiques au-dessus de la normale. Les combats microbiens modifient la flore intestinale naturelle (200 milliards par gramme de selles). L’équilibre écologique du milieu intestinal devient fragile, la flore s’appauvrit qualitativement et quantitativement, elle perd son rôle de barrière de sécurité, et le Candida Albicans occupe une place sournoise ( voir : les antibiotiques). Des états d’angoisse, des obsessions ont souvent leur source dans l’intestin, miroir de santé, et les stress favorisent le développement des germes nuisibles et détournent la bonne exploitation des acides aminés, des vitamines ou des facteurs de croissance. 

Sénior! Santé Vitalité-Suivez les conseils homéopathiques du Dr. Roland Sananès - 2005

 [extrait du livre du Dr.Roland Sananès, Seniors ! Santé Vitalité, suivez les conseils homéopathiques du Dr.Roland Sananès, p.90 à 92, Marco Pietteur éditeur, collection Résurgence, Médecines naturelles au quotidien, Grand-Duché de Luxembourg-2005

isbn 2-87434-029-4]

 

*

Pour en savoir plus :

 

Le DR. Roland Sananès est entre autre, Enseignant en Medecines Alternatives

 

Directeur d’enseignement du Collège Français de Sciences Humaines

Page Perso du Dr. Sananès,

homéopathe :

 

http://roland.sananes.free.fr

 

.
 

Les protéines (Fonction-Végétales-Animales-Besoins-Manque-Contrôle-Excès-Tableau)

Exemples de protéines cellulaires

*

Fonction des protéines

 

Les protéines sont un élément nutritif essentiel.

Elles doivent toujours figurer en quantité suffisante dans la nourriture quotidienne afin que le corps reste en bonne santé.

Les protéines sont comosées d’acides aminés dont certains sont vitaux. Si l’un d’entre eux arrive à manquer dans la nourriture quotidienne, on tombe malade. De ce fait, tous les aliments riches en protéines ne sont pas de même valeur. Lers végétariens doivent en tenir compte dans leur alimentation.

- Les protéines servent à remplacer toutes les cellules qui ne sont pas capables de survivre

- Les protéines participent à l’élaboration de la structure de toutes les cellules.

- Les protéines sont nécessaires à la formation d’enzymes, d’hormones et de substances immunitaires.

- Les protéines participent à la régulation du métabolisme

- Les protéines participent à la stabilisation des sucres dans le sang

Les protéines exercent une fonction de support. Elles peuvent momentanément incorporer certaines substances vitales afin de permettre leur transport dans le sang jusqu’à l’endroit souhaité

- Les protéines sont importantes pour la régulation des protéines du sang, par exemple pour les albumines. Sans cette substance, le corps ne peut plus éliminer l’eau.

- Les protéines produisent des cheveux solides et sains, une peau ferme et une ligne svelte (élimination de l’eau).

 

Les protéines végétales

Elles sont contenues dans :

Les légumineuses : Pois, pois mangetout, pois jaune, toutes les variétés de haricots, fèves de soja, produits à base de soja.

Les céréales : Blé, riz, millet, maïs, épeautre, pommes de terre.

 

Combinaisons idéales assurant au corps l’apport des acides aminés vitaux :

- Pommes de terre combinées avec l’oeuf (6 petites pommes de terre et un oeuf).

- Pommes de terre combinées avecdu lait (purée)

- Maïs, combiné avec des fèves

- Riz, millet, blé, en combinaison avec des pois, des pois chiches ou jaune ou des haricots.

 

Ne doivent pas être combinées à d’autres protéines :

- Noix, noisettes, amandes,noix de pécan etc.

- Graines de tournesol, graines de courge etc.

- Graines de pavot et de sésame.

 

Les protéines animales

- Toutes les viandes

- Tous les poissons

- Les fruits de mer

- Les laits (de vache, de chèvre etc.)

- Les produits laitiers (yoghourt, fromages, Kefir, séré, fromage blanc, lait ribot.)

- Les oeufs.

 

Les besoins quotidiens en protéines

Quantité minimales évitant les maladies : 0,4g par kg de poids corporel.

Avec marge de sécurité : 0,6g par kg de poids corporel.

En cas de forte activité corporelle : 0,8g par kg de poids corporel.

Si pratique de sport de pointe (et compétitions) : 1 à 1,2g par kg de poids corporel.

Lors de grossesse et en période d’allaitement : 1,2g par kg de poids corporel.

(Chaque personne pouvant représenter un cas particulier, il est conseillé de consulter un nutritioniste pourdéterminer très exactements les besoins quotidiens en protéines pour chacun.)

 

Le manque de protéines et ses conséquences

- En général : Fatigue constante, apparence d’épuisement, résistance insuffisante, manque de sang, sujet à des infections, hypoglycémie, hypotension artérielle ; le corps produit trop peu d’enzymes.

- Musculature : Les muscles sont mous et flasques. Tout semble pendre (dos courbé, poitrine pendante), ce qui conduit à une mauvaise tenue corporelle. Les pieds prennent une forme courbée, la démarche est désordonnée, les pieds s’affaissent (pieds plats).

-Peau : Devient mince, plissée, manque d’élasticité. Perte de la tension superficielle dela peau et vieillissement prématuré. La peau prend un aspect tanné et rigide. On constate, par exemple, la formation de plis à l’inérieur des cuisses et du creux du coude.

-Cheveux : Mauvaise croissance, cheveux hirsutes, ne se laissant pas coiffer ; fourchues.

-Région des yeux : Poches sous les yeux.

-Ongles : Cassants et fendus.

-Organes : Les organes internes s’affaissent à la suite du relâchement musculaire.

-Corps : Aspect gonflé.

 

Contrôle

Comment vérifier si l’on manque de protéines ?

Lorsque l’on répond par l’affirmative à 3 à 5 carences, l’organisme manque d’un apport en protéines.

Si le contrôle de l’alimentation démontre un aport suffisant en protéines, on peut être en présence d’une mauvaise élaboration des protéines. Dans ce cas, on se plaint, à la suite d’un repas de protéines, d’une sensation de lourdeur d’estomac ou de légère nausée. On présente souvent, en outre, une aversion vis à vis des aliments protidiques et l’on souffre de renvois nauséabonds.

Certains métabolismes ont plus de peine à digérer les protéines animales que végétales.

 

L’excès de protéines / mauvaises protéines et les conséquences.

Excès de protéines du lait : [tous les fromages, yoghourt ( yaourt),séré/fromage blanc, lait, lait fermenté (Ribot), boissons au lait, poudre de lait écrémée (contenue dans beaucoup d'aliments composés dont il convient de lire attentivement la composition.)]

- Articulations : Tuméfaction des articulation des doigts.

- Digestion : Constipation.

- Poids corporel : Le haut du corps grossit, les parties du cou et du menton grossissent.

- En général : Maux de tête.

- Allergies : Des réactions allergiques sous forme d’asthme et de mucus dans les bronches sont possibles.

 

Trop de viande : Font surtout partie de ce groupe les personnes souffrant de rhumatismes, d’arthrite et d’allergies. Afin que les viandes puissent être digérées, les sucs digestifs doivent être de bonne qualité.

- Poids corporel : Embonpoint surtout au ventre et aus fesses.

- Visage : développement de profond cerne sous les yeux.

- Corps : Formation de dépôts.

- Douleurs : les rhumatisants et les persones allergiques ressentent des douleurs plus vives.

- Personnes allergiques : Elles sont encore plus sujettes à d’autres allergies.

 

Les proteines végétales : Les noix peuvent provoquer des allergies ou favoriser les virus d’aphtes et d’herpès.

 

_____________________________________________________________________________________

 

Tableau des protéines

Proteines incomplètes……………….Quantité……………..Teneur en protéines

 

Légumineuses……………………………….100g……………………….environ 20g

Céréales………………………………………100g……………………….environ 10g

Noix……………………………………………100g……………………….environ 20g

Pommes de terre……………………………100g……………………….environ 2g

_____________________________________________________________________________________
Bonnes……………………………………..Valeur

Possibilités de combinaison………..biologique…………………Proportions

 

Oeuf + Pommes de terre…………………..136………………………….30 : 70

Lait + pommes de terre……………………134………………………….36 : 64

Oeuf + maïs………………………………….114…………………………..88 : 12

Oeuf + lait…………………………………….122………………………….76 : 24

Lait + blé………………………………………110………………………….75 : 25

Oeuf +riz………………………………………106………………………….88 : 12

Légumineuses + maïs……………………….100………………………….52 : 48
_____________________________________________________________________________________
En comparaison…………………..Valeur biologique

 

Viande de boeuf………………………………..92

Oeuf……………………………………………..100

Lait………………………………………………..90

______________________________________________________________________________________

.
 

Des margarines vous veulent du bien

Portrait de Mege-Mouries (1817-1880)

Portrait d’Hippolyte Mège-Mouriès

(1817-1880)

Son brevet d’invention remonte au 15 juillet 1869 

*

C’est en 1869 que naquit la margarine. Un concours fut lancé sous Napoléon III afin de trouver pour la marine, une substance qui se conserverait mieux que que le beurre et serait plus économique. C’est ainsi qu’un pharmacien français Hippolyte Mège dit Mouriès inventa la margarine.

 

Les margarines sont des émulsions de graisses/eau. A température ambiante les acides gras saturés semblables à ceux du beurre sont solides, alors que plyinsaturés, des huiles végétales, sont liquides. Pour le fabricant il faut que cette matière grasse puisse être utiliser pour tartiner et cuisiner ; il réalise cet objectif en faisant un mélange d’acide gras divers et en utilisant plusieurs procédés de solidification des huiles. La méthode conduisant à utiliser de l’hydrogène pour durcir les huiles fabrique des acides gras trans impropres à l’utilisation pour l’organisme et engagés dans certaines pathologies. On les trouve dans l’industrie de la pâtisserie, de la biscuiterie, de la viennoiserie où ces produits peuvent être des aliments plaisirs consommés de temps en temps, mais non des aliments santé à consommation journalière.

Enrichies, allégées, à propriété santé anti cholestérol, riches en omega 3, pauvres en acide gras saturés, les margarines se targuent de de nombreuses vertus santé. Qu’en est-il réellement ?

Tout commence par la lecture de l’étiquette. Elle nous donne la composition en acides gras. On évitera les produits contenant des acides gras trans et ceux riches en acides gras saturés. On regardera le rapport omega 6/omega 3 qui doit être inférieur ou égal à 4 afin d’assurer une bonne protection cardiovasculaire.

Deux types de margarines présentent un argumentaire santé adossé à la présence d’omega 3 ou de phytostérols et phytostanols. Réduction du risque cardio-vasculaire, baisse du stress, diminution de la dépression sont les vertus reconnues des omega 3, promesse de baisse de cholestérol appuyée par un remboursement de certaine mutuelle est l’allégation santé mise en avant par les polystérole et les phytostanols.

Voici la classification des margarines suivant le rapport oméga 6/omega 3

Margarines ayant un rapport inférieur ou égal à 4 pour une bonne protection san :

Margarines………………………………………… Rapport

ST Hubert 41 tartine cuisson………………….. 2,6

ST Hubert omega 3 huile d’olive………………. 2,7

Effi Doux 1/2 sel…………………………………..2,8

Planta plaquette………………………………….. 3,6

Astra plaquette…………………………………… 3,6

Primevère double effet tartine…………………. 3,8

Primevère double effet cuisson………………… 3,9

ST Hubertomega 3 doux 1/2 sel………………. 4

Primevère cuisine………………………………….. 4

————————————————————————————–

Margarine ayant un rapport de 4 à 10 mais riches en vitamines A et E :

Margarines…………………………………………. Rapport

Fruit d’Or omega 3…………………………………4,6

Primevère touche de sel…………………………..8,9

Primevère tartine……………………………………9

————————————————————————————–

Margarines ayant un rapport supérieur à 10 :

Margarines………………………………………… Rapport

Fruit d’Or allégé …………………………………. 11,5

Fruit d’Or………………………………………….. 12,3

Fruit d’Or 1/2 sel………………………………… 12,3

Fruit d’Or équilibre………………………………. 14,8

Fruit d’Or proactive tartine…………………….. 23

Tournolive Tartine cuisson…………………….. 224

————————————————————————————–

« Ce que nous mangeons détermine ce que nous devenons », choisir une bonne margarineavec un rapport inférieur à 10 est un acte de santé.

Les phytostérols sont fabriqués par les plantes et ressemblent au cholestérol ce qui leur permet au niveau de l’intestin d’entrer en compétition avec le cholestérol alimentaire et de diminuer son absorption. Quand au phytostanols ce sont des phyrostérols saturés en hydrogène ayant les mêmes actions.

Les margarines riches en phytostérols :

Margarines…………………….Rapport ………………Phytostérols

Omega 6 et 3 ——-et Phytostanols

Fruit d’Or Proactive 35%…….174………………………7,5

Fruit d’Or Proactive 62%……..23……………………….7,5

Ilô Cuisine……………………….2,9………………………7

Ilô Tartine……………………….2,9………………………7

—————————————————————————————-

La gamme Proactive revendique la baisse du cholestérol et a développé ses ventes à travers un partenariat avec une mutuelle santé. Le Dr Jean-Michel Lecerf, chef de Service de Nutrition de l’Institut Pasteurde Lille, précise que ces produits n’ont démontré ni leur efficacité dans la lutte contre les maladies cardio- vasculaires, ni même leur sécurité d’emploi.

Nous pourrons consommer comme aliment plaisirs ces margarines, mais il faut certainement attendre de plus amples études pour en faire un aliment santé de consommation courante.

Notre choix :

Si l’on suit les recommandations du Dr Michel de Lorgeril responsable avec Serge Renaud de l’étude de Lyon démontrant les bienfaits d’une margarine enrichie en omega 3 dans les pathologies cardiovasculaires et celles du Dr Jean-Michel Lecerf de l’Institut Pasteur, deux margarines sortent du lot pour des adtions santé :

Primevère double effet cuisson avec logo Institut Pasteur……….Margarine Primevère  (Pasteur)

ST Hubert omega 3 doux ou 1/2 sel………..ST Hubert Omega 3 doux

Article de Bernard Doutres (Pharmacien DU Diététique et Nutrithérapie)

paru dans la revue : Pharmavie magazine – Mars/Avril 2007 – N° 105.

*

Bibliographie: NAFAS 2005 volume 3 n°1 Acides gras, margarines et santé en 2005 Jean-Michel Lecerf

www.lanutrition.fr-Consosanté Aline Périault

 

.
 
  • Auteur:

    kegineryann

  • Drapeau du Tibet – Liberté au nom des Droits de l’Homme

    Drapeau du Tibet – Liberté au nom des Droits de l’Homme

  • décembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Sondage

    A quelle genre de cuisine va votre préférence ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Côté Blog

    Pour voter pour ce Blog:

alice aux pays des saveurs |
Popotte entre Potes |
Vers une nouvelle AMAP à Pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chocopoire
| STEFE LA RECETTE!
| LA MARMITE ROUEN TEL 02 35 ...