Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > NUTRITION (n)
  • > Nutrition – 1 – Cette nutrition qui fait et défait la santé. Quelques rappels de nutrition (Dr.Roland Sananès) – [Séniors]

Nutrition – 1 – Cette nutrition qui fait et défait la santé. Quelques rappels de nutrition (Dr.Roland Sananès) – [Séniors]

Dr. Roland Sananès

 

*

La nutrition est l’instrument thérapeutique ou individuel mis à la disposition de l’intelligence du troisième âge.

On refait sa santé par le médicament et l’aliment. Pour l’un, comme pour l’autre, se posent les problèmes de l’assimilation et de al toxicité, car toutes les intoxications se déposent à bas bruit longtemps avant l’apparition du premier symptôme.

Au XX° siècle le mot carence est devenu magique, médiatisé. Ses correcteurs : vitamines, hormones, calcium, acides aminés s’installent en force pour aboutir à une consommation plus orientée vers le profit que vers la santé.

La consommation se pose donc au niveau du médicament. La synthèse chimique a remplacé point par point les substances naturelles. A molécules égales, les pays déshérités et les couches sociales carencées tirent profit de façon naturel des apports du laboratoire. La vitaminothérapie risque de devenir un abus de langage car une différence majeure oppose le naturel et le synthétique : le premier est vivant, l’autre est mort. Il y a un abîme entre les deux qui dépasse l’approbation de l’esprit. Il n’est que voir l’augmentation des Gamma GT si longtemps attribuée à la consommation d’alcool. Elle est le reflet aujourd’hui de la surcharge des médicaments au niveau du foie, et le nombre d’hépatites médicamenteuses est voué à la plus inquiétante expansion.

Entre Gandhi et les apôtres de la surconsommation, entre la terre, notre seul fournisseur, et le soleil, notre grand cuisinier, il y a des fossés d’incompréhension.

*

N’oublions pas  de comparer ce qui se passe chez les animaux sauvages et chez les animaux de compagnie. Les premiers absorbent des aliments crus, les autres, que ce soit chiens, chats, consomment des aliments cuits, et connaissent des maladies dégénératives inconnues des premiers. Le préjudice causé au bétail sera encore plus grand. « Le foie gras, me dit une de mes patientes, mais elles sont malades, ces bêtes ! « 

 

*

L’homme utilise peut-être son intelligence pour justifier ses instincts, mais il confond habitude et culture, les mauvaises habitudes et la culture. Qu’il prenne conscience que l’artichaut, la carotte apaise très bien la faim. Enfin, le débat se pose en terme de civilisation : les sages biologiques respectent la terre, d’autres compensent les sols usés déminéralisés par des engrais chimiques qui les appauvrissent encore plus.

*

Quelques rappels de nutrition.

En règle numéro un, n’oublions pas que bien des troubles digestifs de tout âge a pour cause une mastication insuffisante. Le conseil de Gandhi était : « N’avalez les aliments solides que suffisamment mâchés pour être devenus liquide. » Dans les traditions anciennes de l’Inde, le pana des aliments (énergie vitale) est absorbée pendant la mastication.

 

Dans les étapes de la digestion se trouve en premier lieu celle de la sélection, provoquée par le toucher, la vue d’un aliment, puis par l’odorat, le goût de cet aliment. La sécrétion des sucs digestifs est déclenchée. Deuxième étape, la mastication, l’insalivation, qui prédigèrent l’aliment Puis vient le début de la digestion au niveau de l’estomac, avec l’aide des enzymes, de l’acide chlorhydrique ; un premier broiement est effectué grâce aux mouvements péristaltiques. Ensuite, la digestion et l’assimilation continuent au niveau du duodénum et dans l’intestin grêle. Cette phase est dirigée par les sucs digestifs, les enzymes pancréatiques et la bile, stockée dans la vésicule biliaire après avoir été élaborée par le foie.

 

Parmi les aliments usuels au dessus de tout soupçons, le sucre est inscrit en t^te de liste et en  lettres négatives. C’est le symbole sensoriel du désir et de l’apaisement au quotidien. Enfants e vieillards aiment le sucre, la recherche de l’aliment indispensable se trouve alimentée par le désir de gourmandise. Le sucre, surtout industriel, ne nourrit plus, abîme l’estomac et prédispose aux maladies dégénératives. Il introduit dans le corps l’usure, le vieillissement, la décrépitude, car il ne répond à aucun des caractères des sucres naturels et bénéfiques contenus dans les fruits. Pour le Dr. Carton, il « excite les forces, fait engraisser, donne la mine rouge, et une euphorie factice et courte. » Il est appelé Tchernobyl par de nombreux dentistes.

 

Les céréales, les hydrates de carbone lents sont beaucoup plus bénéfiques. Les manoeuvres des pyramides d’Egypte, les légionnaires romains, les vietcongs vainqueurs des G.I. étaient des croqueurs de grains de blé. Les chevaux, aux muscles parfaits, dont les performances physiques ne sont plus à énumérer, sont de grands mangeurs d’avoine et de carottes.

 

Il est un peu trop habituel de supprimer les crudités au troisième âge et de croire les personnes concernées incapables de digérer un fruit ou un légume cru. La colite représente le  seul cas d’interdiction formelle avec les douleurs qu’elle génère, ses ballonnements, ses reflux et sa relance à chaque écart de régime;

 

La cuisson a suscité l’émulation gastronomique régionale en sous-estimant les risques des procédés de conservation. Il est possible d’afficher les aditifs alimentaires de conservation, il n’est pas possible d’évaluer leur introduction accidentelle par défaut de rinçage.

Les meilleurs laits contiennent eux aussi des antiseptiques au-dessus de la normale. Les combats microbiens modifient la flore intestinale naturelle (200 milliards par gramme de selles). L’équilibre écologique du milieu intestinal devient fragile, la flore s’appauvrit qualitativement et quantitativement, elle perd son rôle de barrière de sécurité, et le Candida Albicans occupe une place sournoise ( voir : les antibiotiques). Des états d’angoisse, des obsessions ont souvent leur source dans l’intestin, miroir de santé, et les stress favorisent le développement des germes nuisibles et détournent la bonne exploitation des acides aminés, des vitamines ou des facteurs de croissance. 

Sénior! Santé Vitalité-Suivez les conseils homéopathiques du Dr. Roland Sananès - 2005

 [extrait du livre du Dr.Roland Sananès, Seniors ! Santé Vitalité, suivez les conseils homéopathiques du Dr.Roland Sananès, p.90 à 92, Marco Pietteur éditeur, collection Résurgence, Médecines naturelles au quotidien, Grand-Duché de Luxembourg-2005

isbn 2-87434-029-4]

 

*

Pour en savoir plus :

 

Le DR. Roland Sananès est entre autre, Enseignant en Medecines Alternatives

 

Directeur d’enseignement du Collège Français de Sciences Humaines

Page Perso du Dr. Sananès,

homéopathe :

 

http://roland.sananes.free.fr

 

Pas de Commentaires à “Nutrition – 1 – Cette nutrition qui fait et défait la santé. Quelques rappels de nutrition (Dr.Roland Sananès) – [Séniors]”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


alice aux pays des saveurs |
Popotte entre Potes |
Vers une nouvelle AMAP à Pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chocopoire
| STEFE LA RECETTE!
| LA MARMITE ROUEN TEL 02 35 ...